Quel statut juridique choisir pour ouvrir un camion pizza ?

Le choix du statut juridique n’est pas à prendre à la légère car il impactera directement sur la viabilité de votre entreprise et surtout sur sa façon de la gérer, notamment par rapport aux charges sociales (RSI)

Mon premier conseil est de participer aux stages gratuits de la BGE (d’ailleurs je vous conseille d’aller pousser la porte de la BGE dès le démarrage de votre projet si ce n’est pas déjà fait voir l’article pour vous expliquer les nombreux avantages). J’ai participé à ce stage de 3 jours sur les statuts juridiques et c’est à ce moment là précis que j’ai réalisé que plus d’être pizziaolo je serais également chef d’entreprise. Et croyez-moi avoir ces deux casquettes est extrêmement important pour gérer votre business.

Même si ce stage a été (pour ma part) très bien expliqué, ce fut hyper difficile à comprendre quand on y connaît rien (comme moi à l’époque). Le stage permet de « dépatouiller » le tout et de comprendre les grandes différences entre les statuts. J’en suis sorti avec beaucoup de réponses même si tout n’était pas bien clair.

Mon deuxième conseil est de prendre cette décision avec votre futur expert comptable. (Je ferais un article prochainement sur : l’importance de choisir un bon comptable et comment le trouver)

Mon expérience : 

Comme j’avais un gros investissement de départ (60.000 euros) j’ai tout de suite exclu le statut d’auto-entrepreneur histoire de pouvoir récupérer la T.V.A. De plus, mon ambition était naturellement (un jour où l’autre) de dépasser le plafond de 82.800 euros et cela tombe bien vu que mon chiffre d’affaires de la première année fut de 84.200 euros.

En ce mois de janvier 2018, le plafond du C.A. auto entrepreneur en vente de marchandise passe de 82.200 euros à 170.000 euros ! Cool vous me direz ! Mais apparemment dès les 82.200 euros vous serez tout de même assujetti à la TVA ! Et à lire cet article, il y a de quoi s’arracher les cheveux (pour les auto-entrepreneur hein ! )

Donc finalement pour ma part aucun regret. De toute façon j’avais dans l’idée de créer une vraie entreprise (je ne dis pas que choisir le statut d’auto-entreprise est synonyme de fausse entreprise, c’est juste un ressenti personnel).

Aussi si vous démarrez votre entreprise avec un camion à faible coût et sans trop d’investissement de départ vous pouvez très bien choisir ce statut pour tester votre activité.

L’ENTREPRISE INDIVIDUELLE : UN STATUT A EVITER

L’entreprise individuelle (E.I) peut aussi être envisagée. Ce statut permet d’exercer son activité en nom propre sans avoir à créer une société et ne connaît pas de limite de chiffre d’affaires. Cependant, son régime social est assez dissuasif avec des cotisations au RSI bien plus élevées qu’en auto-entrepreneur et surtout moins gérable qu’en société et c’est à cause de ce statut que beaucoup d’entrepreneurs se plaignent avec les fameux rappels RSI.

Je vais vous donner un exemple pour que ça soit plus parlant : 

Avant tout il faut bien comprendre qu’en entreprise individuelle, le bénéfice final est considéré intégralement comme du revenu et ce quel que soit le salaire que vous en vous retirez (j’espère que c’est clair).

C’est à dire que si vous faites 20.000 euros de bénéfice et que de ces 20.000 euros vous décidez de vous retirer 1000 euros par mois (1000 x 12 mois = 12000 euros par an), il reste donc 8000 euros de trésorerie sur votre compte bancaire certes mais vous paierez des charges sociales sur les 20.000 euros.

Donc 20.000 euros x 45% (de charges sociales) = 9000 euros de charges sociales à l’année.

Donc si la première année d’activité vous faites :

80.000 euros de chiffres d’affaires (vente de pizzas)

20.000 de bénéfice.

Comme vous êtes jeune créateur vous aurez droit à une exonération des charges sociales la première année et vous paierez donc environ 1800 euros de RSI par an (450 euros par trimestre).

Que se passera t’il la deuxième année ? (et c’est la que ça fait très très mal).

LE RSI va dire :

« Alors lui il a fait 20.000 de bénéfice la première année mais il nous a donné que 1800 euros, du coup il manque 7200 euros » (oui rappelez vous au dessus qu’avec 20.000 euros de bénéfice il faut payez 9000 euros de RSI, moins les 1800 euros déjà donnés ça fait 7200 euros).

Et comme au RSI vous payez toujours une année en avance y vont se dire :

« Bon ben comme il a fait 20.000 euros de bénéfice l’année dernière c’est qu’il fera au moins la même chose l’année prochaine donc du coup on va lui mettre directement 9000 euros de charges par an (soit 2.250 euros par trimestre) ».

Et c’est là que le fameux coup de massue du rappel RSI tombe :

« Donc on va lui prendre les 9000 euros de l’année qui va venir + les 7200 euros de rappel qu’il n’a pas donné de son année passée et là ça fait : 16.200 euros. (donc 4000 euros par trimestre).

Et rebelote l’année d’après car ton C.A est censé augmenter, ton bénéfice aussi et tes charges également.

Voilà pourquoi beaucoup d’entreprises ferment avant les 3 premières années car elles n’ont pas ou peu de trésorerie ! 

Pour enfoncer le clou : vous paierez des impôts sur le revenus sur les 20.000 euros de bénéfices que vous avez fait, même si vous en utilisez que 12.000 euros pour vivre.

Et vraiment pour vous achever : ceux et celles qui bénéficient de l’ARE ou de l’ARCE (j’y reviendrais pour un prochain article) devront rembourser leurs aides car ils ont fait du bénéfice et qu’en entreprise individuel il est considéré comme du revenu !

Ce qui est compliqué avec ce statut c’est qu’on ne peut pas prévoir le bénéfice que l’on fera à la fin d’une année d’exercice, donc on ne peut pas anticiper le coût réel des charges sociales. Du coup au moment de payer l’addition, il faut faire un gros chèque et si vous n’avez pas prévue cette somme dans votre trésorerie et que vous avez préféré l’investir dans autre chose à la place et ben vous êtes dans la merde (qu’on se le dise)

En conclusion : Ne tombez pas dans le piège de l’entreprise individuelle, en choisissant ce statut, vous creusez votre propre trou pour y enterrer votre entreprise.

 

Mais rassurez-vous il y a THE solution : créer une société !

 

Il y a plusieurs possibilités quant à la création d’une société. Si vous vous lancez seul vous pouvez choisir entre l’EURL et la SASU. Si vous lancez votre projet avec un ou plusieurs associés, vous pourrez choisir entre la SARL et la SAS.

Pour ma part et étant seul, j’ai donc opté pour l’EURL.

L’inconvénient dans le fait de créer une société par rapport à une entreprise individuelle ou une auto-entreprise est que les démarches sont plus complexes c’est vrai mais encore une fois, ne le faites pas seul, faites vous accompagner de BGE et/ou de votre comptable.

Avant de vous exposer les avantages de choisir le statut de société je vais passer avec vous en revue les démarches à faire pour la créer (histoire que vous puissiez plancher un peu sur le sujet et tout simplement d’être au courant)

 Pour créer une société il faut :

  • Rédiger les statuts de votre société

En effet, pour créer une société il faut créer ce qu’on appel des statuts.

Les status c’est quoi ?

Les statuts c’est un document dans le quel on retrouve des informations d’ordre général comme :

  • la dénomination sociale

  • le siège social,

  • le montant du capital social

  • l’objet social, …

Ils définissent aussi le mode de fonctionnement de la gérance / Présidence. Les statuts précisent les conditions de nomination du gérant ou du président mais aussi les règles et les motifs de révocation de ce dernier. Ils peuvent aussi limiter les pouvoirs du gérant / président selon un montant maximum ou encore une fonction (embauche, signature des baux commerciaux,…)

Bref, de mon côté j’ai trouvé sur internet un exemplaire de statut vierge que j’ai rempli moi même comme un grand et je j’ai montré à mon comptable et qu’il a corrigé (mais au moins je lui avais mâché le travail)

Vous pouvez trouver un exemple à télécharger sur ce site (il suffit de créer un compte gratuitement et vous pouvez télécharger l’exemplaire que vous souhaitez)

  • Ouvrir un compte professionnel dans une banque et déposer votre capital social.

Vous devrez donc prendre rendez-vous avec votre banquier et déposer votre apport ou capital sur un compte dédié. Comme votre société n’est pas créée, il ouvre un genre de compte « entreprise en formation » qui est un compte temporaire le temps que tout soit mis en place.

  • Publier une annonce légale dans un journal officiel.

Vous devez obligatoirement faire paraître la création dans un journal officiel. Vous pouvez le faire par exemple sur ce journal d’annonce légale le coût est d’environ 150 euros (donc à prévoir dans votre prêt de démarrage).

  • Aller à la chambre des métiers pour remplir un dossier pour immatriculer votre société au Registre du Commerce et des Sociétés et au Répertoire des Métiers.

Je le répète, ne faites pas cela seul, faites vous accompagner de BGE ou/et de votre comptable, c’est assez compliquer pour nous futurs nouveaux petits entrepreneurs donc faites vous aider par des pros pour éviter de faire des bêtises.

Alors c’est bien beau ce charabia mais c’est quoi l’avantage de créer une société ? 

Les gros avantages quand vous créez une société sont :

  • Pas de remboursement des aides ARCE et ARE (en cas de bénéfice), vous touchez le tout intégralement et vous vous constituerez une bonne trésorerie.

Au démarrage de celle ci, vous devez faire une assemblée générale avec votre comptable pour vous déterminer quel salaire vous allez vous retirer. Car contrairement à l’entreprise individuelle, le salaire est bien distinct du bénéfice final et ça c’est le gros avantage.

Si vous bénéficiez de l’ARCE ou l’ARE (comme moi) et que vous choisissez de vous retirer 0 euros de salaire de votre société (ce qu’il faut absolument faire, ce que j’ai fait), vous allez pouvoir profiter pleinement de vos aides même si vous faites 20.000 euros de bénéfice voir plus et vous ne paierez pas d’impôts sur le revenu (voir par rapport à votre situation familiale) car vous vous déclarez 0.

Si vous vous mettez en entreprise individuelle et que vous faites 20.000 euros de bénéfice (donc considéré comme du salaire ou revenu) vous devrez rembourser toutes les aides que vous avez reçus, puis vous paierez des impôts sur le revenu

  • Anticiper, prévoir et payer moins de RSI

En gros, en société, vous payez non pas 45% de charges sur le bénéfice final (comme en E.I.), mais vous payez 45% de ce que vous vous retirez comme salaire.

Donc si la première année vous vous retirez 0 de salaire, vous paierez les charges RSI au minimum (d’autant plus que vous allez bénéficier de l’ACCRE : exonération d’une partie des charges sociale pendant les 12 premiers mois)

La deuxième année (dans le cas où vous continuer à toucher le maintien des ARE ((ce que j’ai fait)) il faut continuer à vous déclarer 0 euro de salaire, les barèmes RSI vont naturellement augmenter pour la deuxième année et vous allez payer (plus) les 2 premiers trimestres mais étant donné que vous aller continuer de vous retirer 0 euros de salaire vous aurez trop donné et vous vous ferez rembourser du RSI (ce qui m’est arrivé). Dans mon cas j’ai été remboursé d’un trop perçu de 1500 euros.

DANS LE CAS OU VOUS N’AVEZ PAS D’AIDE ARE OU ARCE

Définissez vous un salaire avec votre comptable par exemple 700 euros par mois la première année et commencez directement à payer le RSI, n’attendez pas la fin de la première année pour éviter le rappel.

700 x 45 % = 315 de RSI par mois soit 945 par trimestre.

Dès le démarrage et avec l’aide de votre comptable appelez le RSI et demandez leur de monter directement vos cotisations à 945 euros par trimestre. Au moins ça sera payé tout de suite et surtout vous n’aurez pas de surprise ou de rappel pour l’année suivante.

POUR CONCLURE : 

Ce qu’il faut retenir si vous faites le même bénéfice en entreprise ou en société

Avec l’entreprise individuelle :

  • Vous payez beaucoup de plus charges

  • Vous vous faîtes assassiner par des rappels que vous n’avez pas pu prévoir

  • Vous paierez des impôts sur le revenu

  • Vous devrez rembourser les aides que vous avez perçu en cas de bénéfice

Etre en entreprise individuelle et recevoir ses rappels RSI

Avec la société :

  • Vous payez moins de charges

  • Vous maîtrisez le choix de votre salaire et donc maîtrisez les paiements RSI (donc pas de rappel)

  • Si vous bénéficier de l’ARE, déclarez vous 0 de salaire tout le long du maintien des ARE et la : c’est Jackpot ! (vous vous constituez une bonne trésorerie et votre entreprise et saine et viable)

  • Vous ne paierez pas d’impôts sur le revenu tant que vous vous retirez 0 de salaire et vous pouvez le maîtriser par la suite.

Ces hommes sont en société et anticipent le RSI

J’ai relu, relu et relu cet article pour essayer d’être au plus clair en espérant que vous ayez compris (je sais que c’est pas évident au départ).

J’espère vraiment que cela vous aura aidé.

N’hésitez pas à commenter si vous n’êtes pas d’accord avec certains points ou s’il y a des choses à ajouter et/ou modifier.

De mon côté j’ai choisi l’EURL, j’ai eu la chance de bénéficier du maintien de l’ARE pendant 2 ans et je me suis constitué une très bonne trésorerie (aux alentours de 60.000 euros) avant de pouvoir me retirer un salaire.

Merci de votre attention.

 

Les règlementations et formalités pour ouvrir un camion à pizza

Comme dans tous métiers, celui de pizzaiolos exige des formalités et quelques règles pour pouvoir l’exercer.

La carte de commerçant ambulant :

Afin de pouvoir exercer son activité sur la voie publique, un pizzaiolo en camion doit absolument détenir une carte professionnelle : « la carte de commerçant ambulant ».

De mon côté, j’ai été me renseigner à la chambre de commerce et de l’industrie de Dunkerque. Il suffit de donner une photo d’identité, un chèque (autour d’un vingtaine d’euros si mes souvenir sont bons) un K-BIS et une pièce d’identité et le tour est joué !

Vous recevez votre carte dans un délai de 2 à 3 semaines (cela s’est passé comme ça pour moi).

Permis de stationner sur la voie publique : 

C’est un peu le « Saint Graal » que tous les futurs commerçants ambulants espèrent obtenir. Sans un permis de stationner, vous ne pouvez pas exercer votre métier sur la voie publique.

Les demandes doivent être adressées à la préfecture pour une installation au bord d’une route nationale ou départementale. Si vous souhaitez vous installer dans une ville ou village il faut généralement demander directement en mairie.

Généralement les réponses sont négatives dues aux fortes demandes, mais très prochainement, je vous écrirai un article pour maximiser vos chances d’obtenir un emplacement sur la voie publique. En effet, j’ai réussi à obtenir tous mes emplacements désirés sans pistons et/ou connaissances et je vous expliquerai en détail comment j’ai fait.

L’installation sur un terrain privé : 

Pour obtenir l’autorisation de s’installer sur un terrain privé, il faut l’autorisation écrite du propriétaire du terrain sur lequel vous allez stationner votre camion. Il faudra également déclarer le tout à la mairie qui en contrepartie vous fera remplir une déclaration préalable d’une vente au déballage.

Dans tous les cas je vous conseille de demander l’autorisation à la mairie (par principe) cela permettra de voir si l’emplacement dit privé l’est bien au niveau cadastral. Pourquoi je conseille cela ? :

Au tout début de ma recherche d’emplacement j’ai téléphoné à la mairie (pour prendre la température et avant d’envoyer un premier courrier) afin de savoir comment ça se passait pour avoir des emplacements publiques en vue d’une création d’entreprise en camion pizza.

Réponse claire et nette : « c’est impossible, on a trop de demande, c’est saturé ! »

(ça commence bien)

Pour moi il était donc impossible d’avoir des emplacements sur le domaine public. Je me suis donc mis à rechercher des emplacements privés.

J’avais vu qu’à Rosendaël près du café du Narval qu’il y avait une petite montée de garage adjacente au café et je me suis dit que cet emplacement privé serait pas trop mal.

Je vais voir le patron du bistrot, ça ne lui pose pas de soucis puisque c’est privé ! Cool !

Malgré tout, l’instinct me dit d’envoyer un courrier en Mairie de Dunkerque pour demander l’autorisation de stationner sur ce parking privé même si logiquement ils ne peuvent pas refuser car c’est privé ! Réponse glaçante de la mairie : Selon le cadastre n° xxxxxxxx la petite montée de garage est sur le domaine public, vous ne pouvez donc pas stationner votre camion !

Hé ouais !

Tout cela pour dire que si je n’avais pas contacté la mairie pour vérifier le cadastre, je me serais installé (sans le savoir) sur une place que je pensais privée alors qu’elle était publique. J’aurais pu y travailler quelques mois, me faire une clientèle pour, au final devoir (un jour ou l’autre) partir de là car c’était public ! d’où le conseil : vérifier toujours le cadastre à la mairie même pour un emplacement privé.

Permis d’exploitation

Dans le cadre d’une vente de boissons alcoolisée, un permis d’exploitation est obligatoire. La coût de ce permis peut varier entre 400 euros et 550 euros. Vous pourrez retrouver moultes organismes près de chez vous en recherchant sur google.

Dans mon cas je ne vends pas d’alcool au camion donc je n’ai pas passé ce permis.

Si vous lancer votre affaire et que vous compter vendre de l’alcool au démarrage, veillez à bien faire inscrire « vente de boissons alcoolisées » sur votre K-BIS en complément de vente de pizza. Sinon vous ne serez pas en légalité et vous serez (en cas de contrôle) obligé de refaire votre K-BIS pour le faire modifier (et donc un coût et du temps pour rien).

Carte grise du camion VASP : 

Vérifiez sur la carte grise la mention « VASP MAGASIN ». Si elle ne figure pas cela signifie que le véhicule n’a pas été homologué par le service des mines en cas de modification de la carrosserie. Vérifiez également que la mention VASP (si elle est inscrite sur la carte grise) soit bien en relation avec un camion pizza et non un ancien camion boucher par exemple.

Pour cela vous pouvez demander au vendeur à consulter le rapport du dernier service des mines du camion.

Encore une fois, si le terme VASP MAGASIN n’apparaît pas ou s’il apparaît pour un autre métier que celui vous exercer et que vous faites un accident : vous êtes dans le brun !

Etre formé aux normes d’hygiène (haccp) : 

Le décret du 24 juin 2011 indique qui sont concernés par cette formation en hygiène alimentaire, les établissements de restauration commerciale qui relève des secteurs d’activité suivants : restauration traditionnelle – cafétérias et autre libres services – restauration de type rapide (5610 C).

Plusieurs formations e-learning se trouvent sur le web. C’est à dire que vous pouvez faire cette formation de chez vous. (ce que j’ai fait)

N’hésitez pas à compléter cet article en commentant.

J’espère que cela vous aura aidé.

S’entourer d’experts pour apprendre, progresser et démarrer son entreprise sur de bonnes bases.

PRENDRE LE BON DE CHACUN POUR LE METTRE EN APPLICATION DANS VOTRE PROJET

Seul dans votre coin vous ne progresserez pas aussi vite que si vous vous entourez de PRO en leur demandant directement des conseils.

Il est très important, lors de votre phase de création d’entreprise de visiter des blogs, des forums, des pages Facebook spécialisées dans le domaine de votre projet (en l’occurrence la pizza ici, mais c’est valable dans tous les domaines).

De mon côté, dès le début du début de mes recherches sur la pizza, je suis tombé sur le forum de la fédération des pizzaiolos de France. Il existe également l’association des pizzerias Françaises.

VOILA CE QUE VOUS DEVEZ ABSOLUMENT FAIRE

C’est sur le forum de la fédération des pizzaiolos de France que j’ai posé mes premières questions et que je me suis gavé d’informations (d’ailleurs vous pouvez voir toutes les étapes de ma création jusqu’à maintenant dans le post « mon projet de zéro »)

En bas de chaque publication de chaque participant vous allez pouvoir y trouver ce que j’appelle une mine d’or : Le nom de leurs pizzerias, leurs adresses de site internet, un lien vers leurs pages Facebook et parfois même leur numéro de téléphone portable) voir exemple en photo ci-dessous avec ma signature :

C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de véritables pros en la matière, que j’ai pu visiter leurs pages Facebook, visiter leurs sites internet, lire dans les archives du forum leurs discussions, leurs étapes de création, de développement, leurs réussites et leurs échecs avec pour moi un but : Prendre le bon de chacun pour le mettre en application dans mon projet.

Il ne s’agit pas là de copier bêtement mais de s’inspirer du succès des autres  et de prendre un petit peu du bon de chacun : le bon qui vous inspire, le bon  qui semble coller à votre état d’esprit et à votre projet.

Tout cela dans le but de créer et démarrer une entreprise avec des bases solides et non pas en roues libres (au risque de faire de votre projet un échec).

Surtout quand on a pas trop ou peu d’expérience dans le domaine (et c’était mon cas car je n’en n’avais pas du tout).

En faisant cela vous donner plus de chance à votre entreprise de démarrer de façon sereine, de projeter une image sérieuse, d’être professionnel.

Vous pouvez vous inspirer de beaucoup de choses :

  • Le nom et le logo (Retrouvez l’article : Comment trouver une idée de logo et de nom pour votre camion pizza / entreprise ?)

  • La carte (uniquement les recettes ou les noms des pizzas, pour les prix j’y reviendrais dans un autre sujet)

  • L’organisation générale ( je remercie encore Philippe de PIZZA SWING dont je me suis largement inspiré pour le système de prise de commande et d’organisation générale)

  • Le site internet et sa mise en place. (Je me suis inspiré du site du camion pizza Integlia. Ce site a fermé car cette personne avait d’autres projets professionnels)

  • La façon de communiquer sur facebook (j’y reviendrais dans un prochain article)

Vous pouvez toujours commencer par visitez mon site et ma page Facebook pour vous inspirer 😉

UN EXEMPLE CONCRET : 

Je m’inspire encore de mes collègues via leurs pages Facebook et je vais vous donner un exemple récent concret :

On est au mois de septembre 2017, on sort de l’été ou on a très très bien travaillé, on fait d’ailleurs notre meilleur mois depuis la création ( 80 pizzas de moyenne par service sur tout le mois : c’est pas vilain)

Je suis déjà en train de me dire « comment on va faire pour assurer et servir tout le monde l’année prochaine ? »

Alors j’avais déjà une petite idée mais cela nécessite un très très gros investissement.

Puis je tombe sur une publication de mon collègue Christophe Marty de Pizza Nostra. (publication que je n’ai pas retrouvé car son compte a été piraté).

La publication montrait une photo d’un four rotatif et il sondait ses autres contacts pizzaiolos afin de savoir si ça valait le coup !

Et vous connaissiez la suite ? : Un mois et demi après avoir vu cette publication ce four était dans mon camion (et dans le sien aussi d’ailleurs) 😉

Four Pro R installé dans mon camion en Novembre 2017

La conclusion de tout ça : Bien sûr que je savais qu’un four rotatif existait mais à ce moment là j’étais tellement obsédé par l’autre projet (celui qui a un très gros investissement) que l’idée du four rotatif ne m’était même pas venu à l’esprit alors que c’était sûrement la première chose à faire! Et surtout de pouvoir développer rapidement mon entreprise en répondant à la demande avec un investissement plus léger.

Voila le pouvoir d’une seule publication, d’un seul contact à un moment M.

J’aurais pu rester encore 6 mois voir un an avec mon ancien four.

Et cette année au mois de novembre 2017 et avec le nouveau four, j’ai réalisé le même score qu’au mois d’août ( à savoir 80 pizzas par service de moyenne ) alors que je suis censé être en période creuse !

et là vous savez quelle question je me pose du coup ? : « Comment on va faire pour assurer et servir tout le monde l’année prochaine ? » lol

AUTRE CONSEIL IMPORTANT : TELEPHONEZ, PRENEZ CONTACT AVEC LES PROS.

Comme je vous le disais plus haut, on peut retrouver souvent le numéro de portable des personnes dans les signatures des forums. Si vous ne le trouvez pas, allez voir directement  sur leur page Facebook ou sur leur site internet.

Vous avez peur de vous prendre un vent ? 

Il y a très peu de chance pour que cela arrive, et quand bien même cela arrive ! PAS GRAVE ! Qui ne tente rien n’a rien ! Vous n’avez rien à perdre et tout à gagner 😉 !

Dans toutes les personnes que j’ai contacté par téléphone (certaines avec qui j’ai gardé d’excellentes relations, d’autres avec qui je n’ai eu qu’une seule conversation téléphonique) j’ai toujours bien été accueilli à condition que je ne les dérangeais pas (ce qui est normal).

Du coup j’entamais toujours ma conversation comme telle :

– Salut c’est bien Mr Y de la pizzéria X ? 

– Excuse moi de t’embêter je m’appelle Sébastien, je suis jeune créateur d’entreprise, je te suis beaucoup sur internet (page Facebook, forum, blog etc etc) et j’admire ton travail, est ce que tu pourrais m’accorder quelques minutes pour répondre à 2 ou 3 questions où tu préfères que je te rappelle plus tard ? 

Abordé de cette manière, je n’ai jamais eu de personne qui ont refusé ma requête.

Quand il s’agit de messages par mail c’est souvent plus compliqué d’avoir des réponses car écrire prend beaucoup de temps et il m’est arrivé de me prendre pas mal de vents mais bon, pas grave 😉

 POUR CONCLURE : 

  • Inscrivez-vous et participez sur des forums spécialisés sur le sujet de votre projet.

  • Abonnez-vous sur les pages Facebook (le maximum possible) de personnes plus expérimentées que vous.

  • Inspirez-vous de tout ce qui fonctionne chez les autres pour l’intégrer dans votre entreprise dès le démarrage

  • Téléphonez directement aux personnes qui vous inspirent pour avoir des conseils ou répondre à vos questions.

Avec pour bénéfice direct ou sur le long terme : 

  • Vous vous démarquez par rapport à vos concurrents et cela aura un impact bénéfique direct sur votre entreprise.

  • Vous enrichirez votre culture personnel et fera de vous un expert dans votre domaine.

  • Vous allez vous créer un réseau sur lequel vous allez pouvoir vous appuyer en cas de problème ou pour évoluer tout au long de votre carrière.

  • Vous allez vous faire des potes ;).

  • Vous allez prendre confiance en vous.

En tout cas, j’espère que cet article vous aidera dans vos démarches.

Cet article vous a plu ?

Merci de votre attention.