Qui suis-je ? Mon parcours

Je m’appelle Sébastien Plovier et je suis né à Dunkerque.

ISSU D’UNE FAMILLE DE MARAICHER/HORTICULTEUR…

Je suis issu d’une famille de maraîcher/horticulteur ce qui m’a amené à travailler dans les champs et dans les serres dès le plus jeune âge, parfois après les cours, le plus souvent pendant les vacances scolaires.

Cette expérience m’a appris à connaître les valeurs du travail et du courage car ce fut un métier très difficile.

J’ai effectué un parcours scolaire assez classique, le dernier diplôme obtenu fut un D.U.T de commerce à l’I.U.T du littoral à Dunkerque.

DE COMMERCIAL AUTOMOBILE…

A la sortie de l’I.U.T j’ai eu l’occasion de faire un contrat d’alternance en tant que commercial automobile. J’ai donc travaillé pendant 7 ans en tant que vendeur de voitures neufs et occasions ce qui fut mon premier métier.

J’ai jeté l’éponge au bout de 7 années car je n’y trouvais pas mon compte.

J’étais tiraillé entre les méthodes de ventes imposées et ma transparence envers les clients. Aussi, le côté commerce me plaisait mais pas dans cette situation (costard, négociation, tout ça c’était pas pour moi).

J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai décidé de démissionner.

A MA PREMIERE EXPERIENCE EN AUTO ENTREPREUNEUR…

En attendant de retrouver un autre travail (mais quel travail ? lol) j’ai crée un statut auto entrepreneur en prestation de service. Ma première entreprise du nom de IMPECCABLE SERVICES !

En effet, lors d’une discussion de soirée j’ai entendu une personne dire : « J’ai horreur de laver les carreaux ». Je me suis donc dit qu’acheter un sceau, un mouilleur et une raclette n’étais pas le plus grand des investissement et qu’avec un peu d’entraînement j’allais pouvoir être opérationnel ! (Du coup ma mère et ma femme étaient très contentes car les carreaux étaient toujours propres!)

Une page Facebook, quelques flyers et c’était parti. J’ai réussi à décrocher quelques contrats à la semaine (merci au café le maboule 😉 ). Les clients étaient satisfaits du travail et m’en demandaient plus : nettoyer des terrasses, désherbage, peintures diverses, taillage de rosiers, bref j’avais de quoi faire !

D’ailleurs pour ceux et celles qui n’ont pas d’idées de business, croyez-moi que s’en est un bon ! Je gagnais à peu près 30 euros l’heure 😉

A ASSISTANT QUALITE DANS L’INDUSTRIE…

Ceci dit, une proposition d’emploi en intérim dans l’industrie a mis fin à cette première expérience entrepreneurial. Laver les vitres c’était rentable mais très fatigant (pour moi) et puis je n’aimais pas ça tout simplement.

Me voilà donc dans l’industrie sur le site d’Arcelor Mittal où je suis resté 3 ans (2 ans en interim et 1 année en CDI) en tant que assistant qualité (dans mes tâches quotidiennes) et en tant qu’employé sur ma fiche de paie 🙂

J’étais payé assez correctement, je faisais des horaires plutôt cool mais je m’ennuyais à mourir. L’entreprise dans laquelle j’étais, était une grande entreprise, c’est là que j’ai réalisé que je n’étais pas du tout fait pour travailler dans le salariat. Et c’est une période que j’ai très mal vécu car je savais qu’au fond de moi, j’avais un potentiel pour créer un business mais je ne savais pas dans quel secteur me lancer. Ce fut une torture psychologique, le mal de bide en allant au boulot le matin, un manque d’épanouissement total dans la journée, l’obsession de trouver une idée de business… Bref la loose !

JUSQU’AU JOUR OU : 

Lors d’un apéro de voisinage, (un voisin pizzaiolo en camion, vous vous en doutez bien) c’est vers minuit et demi que mon voisin me dit avec 10 grammes dans chaque oeil  : « Hé Neche, je revends toute mon affaire car j’ai des problèmes de santé, si tu connais quelqu’un dit le moi ».

ET LA, LA LUMIERE FUT ! L’ampoule s’est allumée !!

Je lui ai répondu : « j’achète » (moi j’avais plus vers les 15 grammes ) hahaha!!!

En gros ça s’est passé comme ça !

Ce qui m’a séduit tout de suite (dès les premières minutes de projection) dans cette idée de devenir pizzaiolo c’est même pas la pizza sur le coup !

  • Il avait un rythme de vie sympa

  • Il gagnait sa vie correctement

  • Il était à son compte

Ces 3 points regroupaient tout ce dont j’avais envie dans ma future vie privée et professionnelle :

  • Faire un boulot qui me plaît (travailler dans la nourriture et dans le commerce de proximité)

  • Pouvoir en vivre correctement (sans chercher à être riche car très honnêtement l’argent je m’en fou, je ne suis pas une personne matérialiste, du moment que je sais payer mes factures et m’acheter des caisses de pintes je suis content ! )

  • Etre à mon compte et tout gérer tout seul.

  • Et surtout avoir un équilibre « temps » entre ma vie privée et professionnelle car pour moi le temps et plus important que l’argent (Et la première année j‘ai réussi a fermer 8 semaines, donc mieux que les 5 semaines de congés payés en tant que salarié). Pour cette deuxième année je suis bien parti pour 10 semaines de fermeture ! Donc pari largement réussi pour ma part ! Et quel bonheur ! )

Finalement, la reprise de ce camion à pizza a échoué malgré que j’ai fait une rupture conventionnelle et que mes prêts étaient à 5 jours d’être débloqués et je me suis retrouvé au chômage une 2 ème fois avec le projet tombé à l’eau, bref la double loose.

Après 2 ou 3 mois de dépression, je me suis dit : « J’étais parti pour faire de la pizza, je vais donc rester sur ce projet mais je vais tout créer de zéro et le faire bien. »

J’AI UNE VIE EQUILIBREE ET JE SUIS TRES EPANOUIE, CE QUE JE VOUS SOUHAITE…

Et me voilà parti dans l’aventure Zapi Neche et quelle aventure 🙂

Après 1 an et demi dans le métier, je peux vous dire que je vis et respecte tous les critères énoncés un peu plus haut, avec une passion qui est née pour la pizza en prime.

J’ai une vie équilibrée et surtout je suis hyper épanoui et je souhaite ça au plus grand nombre possible.

 

test

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •